• Camera Obscura

    Découvrez la magie des boîtes à photo magico dans lesquelles le vide sombre est soudainement traversé par un faisceau de lumière : qui sont-elles ? que font-elles ? Comment tout cela a commencé ? Où tout cela va-t-il finir ?

    Appuyez sur le bouton et téléportez-vous là où vous voulez aller.

  • les films

    Aprenez de quoi est constituée la lumière. Que voyons-nous ? Comment les films parviennent-ils à capturer la lumière dans leurs couches argentiques ? Combien sont-ils ? Quelle est leur rapidité d'action ?

    Appuyez sur le bouton et téléportez-vous là où vous voulez aller.

  • Labo

    Le labo, ce lieu mystérieux où d'étranges expériences se déroulent. Peu y ont accès, peu en connaissent les formules et leurs constituants aux noms mystérieux : orthophénylène-diamine, métabisulfite de potassium, hexamétaphosphate de sodium, etc.

    Appuyez sur le bouton et téléportez-vous là où vous voulez aller.

  • capteur

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc in massa non nulla porta imperdiet et nec lorem. Maecenas tincidunt pellentesque sodales. Proin aliquam ante id urna accumsan ut accumsan leo fusce et ipsum arcu, ac dapibus felis.

    Appuyez sur le bouton et téléportez-vous là où vous voulez aller.

LES FILMS {technologies}

Posted in zéro zéro

Mais elle est où, l'image ?

Après avoir fait toutes vos photos, 12 sur un film moyen format (type 120), 36 sur un film petit format 135/24x36, ouvrez la boîte.

Patatra ! pas d'images. Dans ce cas-là, vous aurez même grillé le film si vous ne l'aviez pas préalablement rebobiné. En moyen format, il suffit d'avancer le film jusqu'à la fin puisqu'après la dernière vue une couverture en papier est prévue pour protéger le film de la lumière. On retire donc la bobine sur laquelle le film s'est enroulé plutôt que de le ranger dans sa cartouche d'origine comme en 24x36. De plus, avec 12 vues, on récolte plus rapidement le fruit de son imagination.

Suite ☛

Et puis la qualité, les p'tit gars, la qua-li-té ! Le moyen format c'est le détail du grain de peau, le rendu des textures, le velouté des ombres, l'é-mo-tion ! Mais c'est plus cher au développement et au tirage. Hé ouais, mon bonhomme/ma bonne dame, rien n'est gratuit. Mais le plaisir efface le prix, que dis-je ? il le sublime … si grand est le plaisir. Mais si petits sont les moyens, plaisir est-il aussi grand ? Pas sûr. Mais pas sûr non plus que gratuité plus en donne. Bref, il est préférable d'être riche (et en bonne santé).

Bon, mais soit. L'appareil a bien fait ses clic-clac, on a mis le matériel sensible à l'abri de la lumière, et alors quoi ? Et bien, à ce stade, l'image est dite "latente" ce qui signifie qu'elle a bien été enregistrée par le film, elle se trouve bien dans les grains d'argent (nom de code : KBr) tout auréolés de lumière mais cette image est beaucoup trop faible pour être visible. Il faudra la "booster" au labo avec son premier bain, le révélateur, qui va également enlever les grains non impressionnés et, ô magico magicus, révéler, que dis-je, dévoiler l'Image à nos zieuzébaillis, fruit de notre génie créatif. Ahem - génie créatif que toutes les autres espèces animales nous envient du haut de leurs quatre (ou mille) pattes, il va sans dire, ce qui justifie pleinement de les regarder avec une certaine condescendance, voire un mépris certain.

Mèèèè, mais mais mais tout ceci est-il suffisant pour expliquer cela, demanda Joséphine, mon araignée de plafond qui pose les questions et me souffle les réponses. Non - non et non. En effet, l'explication ci-avant, un peu courte, en mérite d'autres sans lesquelles la vérité n'est qu'une part de vérité même si celle-ci n'est aussi qu'une autre part de vérité, etc.

Entrons donc avec courage et pugnacité dans le vif du sujet, redressons-nous, levons fièrement la tête et avançons d'un pas assuré sur ce chemin qui s'ouvre à nous, celui de la Konnaissance. Banzaï ! (image panoramique de levé de soleil sur un paysage désertique, personnage au premier plan, marchant d'un pas assuré vers le soleil, la caméra est juste derrière et tourne lentement autour du personnage et on découvre son visage cramé mais souriant. Traveling avant, gros plan sur ses yeux brillants et volontaires, une musique bolchévique ou des voix d'anges (selon le marché ciblé) se fait entendre pendant ce mouvement de caméra totalement génial qui, à lui seul, mérite un prix quelconque mais prestigieux, une canonisation ou un anoblissement.)

Attention les moumoutes, ça va décoiffer !

[-------> à suivre ]

 

Films : généralités